Article de nos spécialistes

Toujours des plus intéressant

La vérité sur la durabilité des gaz inertes (Argon, Kripton, Xénon)

Tout récemment nous lisions sur IB et à plusieurs endroits, en particuliers  Écho habitation.  Que l’air immobile ou le gaz inerte soit argon,  kripton,  xénon, sont d’excellents isolents.  Mais ils finissent par fuir après une dizaine d’année sans aucune raison  valable.  Ils ont raison, mais il nous donne aucune explication de ce phénomène.

Traitement de verres scellés à l’argon s’est penché sur cette problématique,  depuis plus de dix ans déjà.    Il en conclure  que le joint d’étanchéité du contour des thermos est tout simplement trop mince.  Il est de 1/4 à 1/2 pouce d’épaisseur.  Par l’expansion du chaud et du froid sur les vitres ils se forment des micros fissures dans la butine sous le thermos et la fuite du gaz se produit par gravité, étant plus lourd que l’oxygène il s’écoule  et laisse place à celui-ci.  Tout ce processus s’étale sur une période entre huit et dix ans,  l’oxygène se transforme en buée à l’arrivée des temps froids,  la buée se transforme en eau   à son tour, calcifie le verre  rendant celui-ci inutilisable.   L’erreur se produisit il y a près d’une soixantaine d’année.  Lors de la transition du type de fenêtre solchache qui était aérée par des ouvertures entre les deux vitres, mais accessible pour l’entretien entre les deux vitres à un vitrage scellée par une butine. Le contour du cadrage de bois à cette époque,  n’était pas conçu et assez profond pour épaissir la butine de protection.  Étant limité à une épaisseur très minimale (qui en passant est votre seul garantie de longévité).  Encore de nos jours, il existe des thermos  en bonne état après une quarantaine d’année d’existence.

La conception de ces thermos du temps étaient bien différents de notre façon de faire d’aujoudhui.  Ils étaient fabriqués pour de grandes surfaces,  fenêtres de salon, et salle à dîner par exemple.  Ils étaient de quatre à six millinètres d’épaisseur pour chaque vitre.  La butine était d’un tantinet plus épais mais bien étendue et pour finir ils étaient ceinturés d’une capsule de protection qui étaient en métal ”en acier inoxydable” qui empêchait la coroson et servait d’étau pour le serrement des deux vitres,  donc pratiquement impossible de voir une déterrioration de la butine sous le thermos.  Il est maintenant impossible d’obtenir des caps de protection à cause du coût onéreux de ce produit.  Ce fut le coût de barre qui a détruit toute espoir de longévité thermique.  Même s’ils ont fait des pieds et des mains pour l’amélioration de l’efficacité thermique, même après les options tel que le low-E, et  l’argon, ils ne se sont pas préoccupés d’améliorer la durabilité du joint d’étanchité pour en augmenter la garantie présentememt établie.

Il est possible que nous ayons à remplacer nos vitrages trois fois au minimum dans un délai de quarante ans de vie familiale.  A la moyenne de cinq milles dollars la fois, totalisant ainsi quinze mille dollars sans pour autant avoir changé le bâti de vos portes et fenêtres qui sera sûrement dû.   Estimé à dix milles dollars.   Nous pouvons donc conclure à une somme de 25 milles dollars, c’est payé cher pour voir clair  Définitivement possédée une maison usagée le temps est venu de recycler et réparer ou rafistoler ce que nous pouvons faire par économie ou par le remettre ailleurs même un petit voyage n’est pas exclus.

Vous comprenez maintenant pourquoi que l’industrie du verre ne force pas les fabricants de bâtis de fenêtres à améliorer l’encadrement pour avoir une possibilité de donner une chance au thermos d’avoir une plus longue durée.   Tel qu’il est espéré dans le concept du bâti, p.v.c., d’aluminium, et déjà prouvé depuis bel lurette, notre érisistible fenêtre de bois, qui restera la fenêtre la plus maléable tant qu’il aura des bons artisans du bois et du bois ça on n’en manque pas.

Remarquez qu’il n’y a pas de solution à cours termes car entre nous il est très rentables pour l’économie d’avoir à changer notre vitrage à tous les dix ans.  Pour être performant et pour un économie peu valable à cause du prix exorbitant à l’achat de ces nouveaux prototiypes, pour toujours être à l’affus du plus nouveau sur le marché donc vous êtes perdant en bout de ligne nous vous le confirmons avec preuve à l’appui.  On aurait dit que l’industrie du verre aurait donné une chaude poignée de main à l’industrie du cadrage car pourtant il y a bel et bien une solution.  Voyant l’impossibilité de remédier aux problèmes et  ne pouvant rien faire pour changer le design de celui-ci, car ils ont le contrôle obsolu du contrôle de la garantie.  En retour T.V.A. s’applique à enlever la vieille butine autour du thermos défectueux,  et  applique une butine de haute performance adésive servant  d’isolant pour les ublots d’avion et de sous-marins.  (de marque, “Betasil U-418 de la compagnie Dow”).  Après avoir perforé l’intercalaire sur le dessus du thermos un injection de gaz argon est fait.  La pose des bouchons rectratables pour éventuellement le remplir à nouveau s’il y a possibilité de défaillance.  En temps normal il aurait été jeté au rebus sans aucune récupération possible.

T.V.A. est la seule et première compâgnie de ce genre qui recycle et refait les thermos endommagés pour leur donner une seconde vie et le restera à vie au profit  du consommateur cette fois-ci. N’oubliez pas que nous vous offrons la posssibilité de transformer vos thermos qu’il devienne efficace et sans buée sans chimie rajoutée et que vous pouvez exécuté par vous-mêmes à un prix ridicule.

Merci de votre attention.

La direction Traitement de verre scellé à l’argon.