Article de nos spécialistes

Toujours des plus intéressant

Au banc des accusés

Il y a plusieurs centaine d’années lors de la colonisation, le maître-d ’œuvre du temps érigeait des maisons d’époque et rendu à l’étape du calfeutrage et du colmatage des endroits possibles d’infiltration d’eau et d’air, remettait la corvée au menuisier qui effectuait le montage des murs en billes de bois  structurant la charpente de la maison ainsi que les cadrages de portes et de fenêtre qui en plus étaient calfeutrés avec de  l’étoupe (filasse du chanvre ou du lin, mélangé à l’huile de lin), (matériel isolant avant l’arrivée de la laine minérale).  Le MASTIC (ciment fait de craie et d’huile de lin) isolait et étanchait les carrelages vitrés, la minutie était de rigueur pour la pose de ces produits.  Il fut délaissé et oublié même s’ il existe encore sur nos tablettes.  Depuis une soixantaine d’années hélas, les fabricants ne croyant plus  à sa durabilité et vu la difficulté de trouver la compétence pour l’application de celui-ci, optèrent pour des matériaux plus flexibles et applicables au fusil.

Moins résistant que prévu, nos produits avant-gardistes nous l’ont prouvé par eux-mêmes leur résistance qui est pratiquement nul.  Le mastic a une durée de vie entre 50 à 80 ans et même plus, il a tout de même été inventé au 18e siècle.  Dans le Vieux-Québec, il existe encore des fenêtres ancestrales enduit de ce mastic bien entretenu, résistant à tous les intempéries et le temps.  Il a été quand même remplacé en douceur par une pléiade de produits chimiques en nous plaidant la durabilité, l’élasticité ainsi qu’une meilleure étanchéité qui pourtant depuis plus de 50 ans, nous ne cessons de les remplacer l’un après l’autre tout en se disant (voilà enfin le meilleur produit!) et la déception est toujours au rendez-vous.

Nous avons découvert un produit très efficace mais il y a une lacune.  Il faut obligatoirement tout nettoyer avant application qui veut dire tout enlever jusqu’au bois car il est allergique aux joints extensibles donc pas recommandé à étendre sur les produits élastomère, car il le fera se détacher à la longue.

Est-il possible que nos produits d’étanchéité soit les coupables du commencement de la détérioration subtile de nos demeures?  Donc il est définitivement «AU BANC DES ACCUSÉS», pourtant le mastic avait une durée de vie d’environ 100 ans,  il n’est pas mentionné qui ne doit pas être utiliser à l’intérieur comme beaucoup de nos nouveaux produits à l’exception entre autre de la marque Zip de Mulco..

En remplacement du mastic, il est apparu sur le marché une butine très huileuse et fendillante sous le nom (Buty seal) qui  devenait très sale et non nettoyable.  Ce produit fut  remplacé rapidement par les produits thermoplastiques dont la marque la plus populaire du temps était de marque «mono», facile  d’application mais se salissait facilement sans aucune solution de nettoyage, séchait et cassait après une dizaine d’année, très difficile à enlever, surtout exposé au soleil après une quinzaine d’année.  Ce produit fut dépassée par la vague des polymères ex. : «les silicones» produit très peu dispendieux mais pour l’application n’est pas pour (le touche à tout).   La pose de ce produit doit être obligatoirement se faire par de la compétence, impossible d’appliquer autre produit par-dessus celui-ci car vous en serez très déçu même si vous le grattez pour l’extirper en plus d’ être difficile à enlever à part que remettre le même produit rien ne colle «bonne chance pour régler ce problème).

En plus de cela il adhère difficilement sur la vitre mais non sur les composantes du rebord de la fenêtre, après un certain temps accompagné de vent violent durant  une pluie, l’eau s’infiltrera sournoisement entre la vitre et le joint imbibant ainsi votre pièce de bois sous le verre.  En plus de cela, il ne se peinture pas.  Pour notre part, nous vous déconseillons fortement d’utiliser ces produits pour le calfeutrage résidentiel à cause de son effet très huileux en particulier.  Remplacé à nouveau par des produits acryliques qui se peinturent, sont flexibles et retirables aisément.  Pour la durabilité, ils sont encore au banc d’essai.  Tous ces produits se sont enchaînés sur une période d’environ 50 ans.

Il n’a pas été prouvé hors de tout doute que ceux-ci supposément protecteurs faisaient «LA JOB» ils n’ont jamais fait plus de 10 à 15 ans maximum.  Pouvons-nous faire un lien avec le temps de résistance de nos verres scellés et aussi de nos cadrages de fenêtre?  Il est facile maintenant pour nos concepteurs de nos bâtis de fenêtres d’aller vers le bâti de p.v.c.  Nous sommes d’accord au niveau du pourrissement mais non pour le reste,  vous n’avez qu’à lire mon article dans la rubrique blog sous le titre de «Les ratés de l’industrie du verre».  Les fabricants de cadrage de fenêtres transformèrent le design du contour des vitres ainsi illuminant par le fait même, tout scellant, et qui fut remplacer par une libelle de caoutchouc, plastic ou de néoprène adhésif tout autour des vitrages soit de p.v.c., d’aluminium et même de bois.

Bel essai mais non valable car ceux-ci se déchirent, sèchent et laissent, encore une fois, pénétrer l’eau dans le cadrage. Étant dicté par les architectes de la fenestration de nos temps modernes, nous devons donc obéissance et faire avec.

Nous en sommes venu à vous proposer  un produit que nous vous recommandons pour le colmatage et la réflexion des joints existants.  Le type élastomère de marque «flextra» reste la plus adhésive, très malléable et durable, s’extirpe bien et peut-être peint.  Étant un produit flexible, il est très facile de  détecter son descellement, il forme une lèvre qui nous aide à l’extirper très facilement.  Exposé au soleil, il jaunit lentement après une durée d’environ 5 ans.  Ceci n’est pas un avis de détérioration, il forme sur le dessus un léger ridage en forme de peau, qui est très facile à enlever et pour le rendre à l’état de neuf.  Pour éliminer le jaunissement et le ridage des joints, le meilleur moyen est celui-ci.

Si le joint n’est pas défectueux et qui est simplement sale, il suffira d’utiliser de la gazoline d’automobile, un verre et une brosse à dents ainsi qu’un chiffon du genre ratine.  Vous n’aurez qu’à tremper la brosse à dents dans le gaz qui celui-ci aura été vidé dans le  verre.  Brossez par petit bout d’environ 6 à 10 pouces à la fois, essuyez le gaz qui a été brossé sur le joint, avec le chiffon,  n’attendez pas et essuyer immédiatement, refaites cette application si vous n’êtes pas satisfaits,  répétez à nouveau, car le résultat est assuré, il redeviendra comme neuf.  Il ne faut surtout pas laisser le gaz s’imprégné plus de 5 secondes car il amollira le joint, et il sera  impossible de le rendre à sa couleur d’origine et vous serez contraint de repasser à nouveau une nouvelle couche.  Toutes ces retouches sont bien souvent au bas de vos ouvertures spécialement tous ceux exposés au soleil.

Nous vous conseillons d’avoir une certaine expertise pour l’étendre car il est très décevant à voir lorsqu’il est appliqué par «Monsieur le voisin qui ne connaît rien».  Par contre, il y a une solution miracle à ce manquement.  C’est d’attendre 24  à 48 heures pour qu’il puisse être détachable si bien entendu il n’est pas d’une épaisseur excessive.  Recommencé en le faisant faire cette fois-ci par un meilleur voisin.  «Conseil pratique», lui demandé  au préalable, s’il en a déjà fait et s’il en était fier de  son application!

Aussi il n’est pas utile d’extraire les joints entièrement autour de vos cadrages de portes et fenêtres, vous n’avez qu’à refaire une nouvelle application par-dessus l’ancien joint en augmentant légèrement la largeur d’application  pour recouvrir la couche déjà appliqué.  Il y aura qu’à extraire l’ancien joint sur le bord des cadrages qui soutient le thermos dans le bas. Ce produit retape le mieux vos joints existants.  Il a fait ses preuves tout au long de ses 30 dernières années.

Ne pas retirer le joint d’étanchéité autour du bâti entre la brique et la fenêtre s’il y a craquelure ou fendillement, étendre une nouvelle couche, et la raison est que l’ancienne couche sert de fond.  Sur le contour de la vitre, particulièrement dans le bas, le joint d’étanchéité souvent détérioré oblige de l’extirper complètement et d’en faire un tout neuf.  Pour le reste il n’est pas toujours nécessaire de refaire le joint.  Par la suite, il est recommandé d’inspecter et d’entretenir les fissures une fois l’an.

Pour plus amples informations, contactez-nous car il en reste beaucoup à dire sur ce sujet.

Un tien vaut mieux que deux tu l’auras.  Devise de T.V.A.